Comment le confinement et la PNL ont débloqué mon fils en orthographe !

La même punition pour tous

Mon fils Gaspard, qui est né en 2011, a toujours eu une excellente mémoire. J’ai toujours été sidéré par sa capacité à apprendre les paroles d’une chanson en quelques écoutes. Aussi, quand il a commencé à apprendre l’orthographe, j’ai été surpris qu’il fasse autant de fautes, et de manière aussi répétée. Comment un enfant avec une aussi bonne mémoire pouvait-il avoir autant de difficultés en orthographe ? Il est passé en CE1, puis en CE2, et les difficultés persistaient toujours. Pire, ils refaisaient les mêmes fautes chaque semaine malgré la punition classique que lui infligeaient ses professeurs (ou nous mêmes le week-end) : recopier les mots où il avait fait une erreur. 2 fois, 3 fois, parfois plus quand l’énervement nous gagnait (je ne dirais pas combien). La phrase “Fais donc un effort !” revenait régulièrement en fin de séance.

Bart Simpson, un habitué du recopiage de mots

Détecter le problème grâce au confinement

Mars 2020. La France se confine. Les parents font l’école à domicile. Ma femme étant d’astreinte, c’est plutôt moi qui assume cette tâche. Je fais travailler Gaspard tous les jours alors qu’en temps normal, c’était la nounou qui faisait faire les devoirs le soir (je sais, c’est mal). Je m’aperçois que le problème en orthographe est peut-être pire encore que ce que j’imaginais. Passé l’agacement initial, et en pleine lecture du livre de Rosenberg sur la CNV (Communication Non Violente) dont le postulat de base est que l’individu est bien intentionné, je commence à m’interroger. Il ne le fait peut-être pas exprès ? D’ailleurs ça a l’air de le rendre triste de ne pas y arriver… Il n’est pas paresseux, au contraire il essaie de s’améliorer et recopie consciencieusement les mots (on a fait plusieurs fois la distance Paris-Marseille à ce stade). Un flash finit par me traverser : ce n’est pas de sa faute. Il doit y avoir un problème. Je lui accorde enfin le bénéfice du doute. Que de temps pour en arriver là. Je me dis au passage que c’est bizarre que ses enseignants n’aient pas non plus évoqué la possibilité d’un problème avec moi. J’en conclus que pour eux aussi, c’était à Gaspard de faire des efforts.

Trouver l’origine du problème grâce à la PNL

Maintenant que je me dis qu’il y a un problème, j’essaie de comprendre lequel. Il me faudra plusieurs mois avant de trouver la solution. Entre temps j’ai arrêté de m’énerver sur l’orthographe et j’essaie beaucoup plus de le soutenir car je me dis que cette situation doit le rendre malheureux (même s’il a une bonne capacité à se détacher de ce genre de problème !). J’entame fin 2020 une formation à la PNL (Programmation Neuro Linguistique) en arrivant à Lyon à l’IFPNL. J’ai soudain une révélation quand notre enseignant (excellent) nous présente l’analyse des mouvements oculaires. Pour faire simple, quand une personne lève les yeux vers le haut, elle fait appel à sa mémoire visuelle. On se dit que les enseignants feraient bien d’arrêter de moquer les élèves qui adoptent cette attitude en leur disant que “la réponse n’est pas écrite au plafond”. Quand elle porte son regard sur les côtés, elle sollicite sa mémoire auditive. Il nous apprend aussi que chaque personne a une forme de mémoire “privilégiée” à laquelle il fait naturellement appel. Tout de suite je repense aux chansons (audition) apprises avec une facilité déconcertante par Gapsard… Je me dis qu’en rentrant je lui ferai le test sur le regard. Bingo : il a tendance à regarder sur les côtés. Le problème devient clair : Gaspard utilise sa mémoire auditive en priorité pour apprendre les mots alors qu’il faudrait surement mieux utiliser sa mémoire visuelle.

Trouver une solution grâce aux orthophonistes

Maintenant que j’avais trouvé l’origine du problème, il me restait à trouver une solution pour le résoudre. Je restais d’abord perplexe. Comment “forcer” mon fils Gaspard à utiliser sa mémoire visuelle plutôt que l’auditive qu’il sollicitait naturellement ?

Le fameux dé pour faire jouer votre enfant à MOV

Les limites de notre système scolaire

Une fois passée l’euphorie, je commence à m’interroger sur notre système éducatif. Je me dis d’abord qu’il est naturel qu’un système aussi “industriel” (12M d’enfants scolarisés chaque année quand même !) ne puisse détecter des cas isolés comme celui de Gaspard et entreprendre toute la démarche que j’ai effectuée sur l’année passée. Puis je me dis que Gaspard ne doit pas être le seul dans cette situation. Et que les professeurs qui font cours enseignent pour certains depuis plusieurs dizaines d’années… Que c’est leur métier et qu’ils pourraient être au courant de ce genre de problème. Pourtant tous s’entêtaient à appliquer la même recette -faire recopier- avec le même résultat -nul. Que la PNL date de 1976, les travaux de Baddelay de 1995 et l’exercice MOV de 2011… Que détecter qu’un enfant privilégie sa mémoire auditive est très simple et pourrait s’effectuer en quelques minutes en début d’année… Et que cela éviterait bien des traumatismes ! Bref, il est peut-être temps que l’éducation nationale adopte une attitude “d’amélioration continue” généralisée (je ne doute pas que ponctuellement certains enseignants aient fait cette démarche).

--

--

Tech entrepreneur, Coach, Trainer | Founder @WILL, ex-CPO (Chief Product Officer) at ManoMano, ex Founding Partner at Artefact

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Pierre FOURNIER

Pierre FOURNIER

718 Followers

Tech entrepreneur, Coach, Trainer | Founder @WILL, ex-CPO (Chief Product Officer) at ManoMano, ex Founding Partner at Artefact